vendredi 27 janvier 2017 - 20:00 - Gratuit

benzine-horror-box

BENZINE « HORROR BOX » + URBAPHONIX

Jazz-core


boutoon-billetteriefacebook-logo_318-49940

 

// Galette & vin chaud offert // 

Le 2 Pièces Cuisine vous invite à fêter la nouvelle année, lors d'une soirée mystérieuse

BENZINE « HORROR BOX »
Relecture Jazz–Core de grands standards de B.O de films d’horreur, acommpagnée d'une mise en image par Fred Poulet.

La peur, le rire et la tristesse sont des émotions fondamentales dans toutes les bonnes histoires et elles nourrissent largement le cinéma d’épouvante depuis ses origines. Il va sans dire que la musique est un facteur indispensable à la réussite d’un bon film d’horreur ou d’épouvante. Il existe donc des partitions « cultes », compositions obéissant souvent aux règles d’un genre extrêmement codifié.

vaillant_franck_nb_nikola_cindric-bd
Les BO les plus représentatives, les « modèles » du genre, sont selon moi « The Exorcist » de Mike Olfield, « Psycho » de Bernard Hermann, ainsi que le thème d’Halloween, composé par John Carpenter (lui-même réalisateur du premier film de la saga du même nom). Après avoir composé, arrangé et réalisé six albums, il me fallait changer de direction pour retrouver une certaine fraîcheur dans la manière d’aborder un nouveau répertoire.  Franck Vaillant

Franck Vaillant et moi, cela commence à ressembler à une longue collaboration. Nous avons commencé à faire de la musique ensemble en partageant un goût rare et indéfectible pour l’image animée.  Je ne manque pas une occasion de le faire jouer dans mes vidéos, dernièrement un savant fou au côté de Thomas de Pourquery. Nous allons synthétiser toutes ces expériences autour du projet « Horror Box » qui appelle le divin cliché, le contrepied fatal, le … Les mots me manquent, j’ai hâte !   Fred Poulet

 

affiche_A1_def.inddURBAPHONIX est une équipe mobile de cinq personnages intervenant dans le paysage sonore, qui ne jouera pas simplement au 2 Pièces Cuisine mais du 2 Pièces Cuisine !

Ils représentent exactement la mutation des artistes sonores depuis l’avènement du son électronique : mi-techniciens, mi-musiciens, ils jouent avec la technologie et les sons qu’ils rencontrent. Pas de platine, pas de synthétiseurs, les "urbaphonistes" ne composent qu’à partir de ce qui est déjà omniprésent et que personne n’écoute : les bruits mécaniques de circulation, de ventilation, de climatisation, les corps et les conversations, et surtout le mobilier urbain, instrument, scène et accessoire de ce théâtre instantané.
Un quintet mobile de musique concrète appliquant le précepte de John Cage : " Si un son vous dérange, écoutez-le".

 

En partenariat avec le MAAD 93 et avec le soutien de la DRAC Ile-de-France.